Football : autopsie du regroupement des panthères en  France

On attendait que les Panthères fassent bien meilleure figure  contre les Diables-rouges du Congo Brazzaville, après la déculottée face aux Lions de Teranga (0 contre 3). Mais rien !

Les coéquipiers du capitaine Bruno Écuele Manga, n’ont pu faire mieux qu’un match nul (1-1) contre une équipe congolaise qui n’a pourtant jamais été ni vraiment dangereuse devant, ni hermétique derrière.

Ce match nul, disons le net, crédite plutôt d’une note bien en dessous de la moyenne, la prestation des protégés du sélectionneur Thierry Mouyouma sur l’ensemble des deux rencontres internationales amicales, organisées dans le cadre de la fenêtre FIFA de ce mois de mars. Une défaite et un nul. Pas trop rassurant sinon c’est inquiétant !

Au terme de ce regroupement de la France et ces résultats absolument pas rassurants, l’intransigeance serait de mauvais aloi à l’égard de Thierry Mouyouma qui a du composer avec une tanière décimée, ainsi que nous l’écrivions déjà dans un précédent article à cette même place.

 Recréer la confiance avec les ténors, intensifier la prospection et pacifier la tanière

Avec une sélection dégarnie et privée de ses cadres dans tous les secteurs du jeu, difficile de sortir la tête haute à ce niveau de la compétion sur le continent où le nivellement par le haut se précise au fil des saisons. Les autres sélections gangnent du terrain alors que le Gabon semble faire le contraire.

Les gardiens en herbe des Panthères © FEGAFOOT

Les résultats de France doivent interpeller aussi bien le staff technique que la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) sur la profondeur et l’urgence du travail à mener sur le chantier de la reconstruction en cours.

Les équipes expérimentales alignées par Thierry Mouyouma et ses assistants, contre le Sénégal et le Congo n’ont jamais su élever le niveau.

Thierry Mouyouma le succès ou la porte de sortie © FEGAFOOT

Le duo était loin d’être un verrou pour des portiers à l’essai, plutôt frileux. Trop d’hésitations en défense et le résultat saute aux yeux. Écuele et Appidangoye ont produit une prestation minimale.

Au cours des deux rencontres, jamais la défense des panthères, perméable sur les côtés, n’a été capable des sorties de balles propres et académiques pour faire jonction avec un milieu de terrain qui lui-même n’a pas eu l’inspiration de jouer dans la verticalité et la profondeur.

L’animation offensive a manqué de chef d’orchestre, d’agressivité et d’audace, à l’image de toute une tanière où les fauves ont décidément été trop tendres.

Thierry Mouyouma devrait avoir tiré tous les enseignements du stage de la France et sait pertinemment ce qui reste à faire pour acérer davantage les griffes des panthères, dont on attend qu’elles bondissent promptement sur leurs prochaines proies, les Eléphants de Côte d’ivoire et la Gambie, les 3 et 10 juin prochain, éliminatoires de la CAN 2025 (juillet-août au Maroc).

 Féeodora Madiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top