Gabon : Le PAT pourrait être exécuté à 90% à la fin de l’année

Adopté en janvier 2021 pour faire face à la récession occasionnée par la crise sanitaire, le Plan d’accélération de la transformation (PAT) pourrait s’exécuter à 90% à la fin de cette année 2023. Mais de manière globale, «l’objectif de relance de l’économie gabonaise a été pleinement atteint», assure le secrétaire exécutif du Conseil national du PAT.

Yves Sylvain Moussavou Boussougou présentant la synthèse du bilan provisoire le 31 juillet. © D.R.

 

Le 31 juillet à Libreville, un forum a été organisé pour présenter le bilan provisoire du Plan d’accélération de la transformation (PAT). Cette stratégie de relance économique conçue pour faire face à la récession occasionnée par la crise sanitaire qui perturbait pour la deuxième fois, la mise en œuvre du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), après la crise pétrolière de 2015. À la clé, a rappelé le secrétaire exécutif du Conseil national du PAT (CNPAT), deux défis majeurs à relever : réactiver l’activité économique et sociale durement touchée par la crise de covid-19 et accélérer la mise en œuvre des réformes structurelles et investissements, pour sortir le Gabon de la dépendance à la rente pétrolière.

Une démarche appuyée sur trois objectifs stratégiques ayant justifié la mise en place des pivots économique, transverse et social. «De manière globale, il est important de souligner que l’objectif de relance de l’économie gabonaise a été pleinement atteint», s’est réjoui Yves Sylvain Moussavou Boussougou. Selon lui, après avoir traversé une récession en 2020 avec une croissance négative de 1,8%, l’économie gabonaise a connu un début de reprise avec une croissance positive de 1,5% en 2021 qui s’est accélérée pour atteindre 3,0% en 2022. Selon lui, le PAT s’est «plutôt bien exécuté». «C’est vrai qu’il y a eu des problèmes, mais il y a de nombreux résultats qui peuvent être visibles par tout le monde», a-t-il affirmé.

Deux ans et demi de réformes et d’investissements

En deux ans et demi, a-t-il indiqué, au total 87 réformes juridiques ont été nécessaires pour atteindre certains objectifs et mettre en œuvre les projets prioritaires dans le cadre du PAT. Notamment, 36 réformes juridiques pour accélérer les projets prioritaires visant à diversifier les sources de croissance ; 34 réformes pour soutenir les projets de modernisation et de construction d’infrastructures nouvelles et 17 réformes juridiques entreprises dans le secteur social. «Durant cette période, le CNPAT a étroitement surveillé la mise en œuvre physique de nombreux projets d’investissement», a assuré Yves Sylvain Moussavou Boussougou.

Au total, a-t-il indiqué, 317 projets couvrant les trois axes du PAT ont été suivis, et pour lesquels de nombreuses données ont été collectées pour suivre leur avancement physique, budgétaire et leur gouvernance globale. «Actuellement, 30% de ces projets sont livrés. Ce pourcentage sera porté à environ de 90% d’ici la fin de l’année sachant que le niveau d’avancement physique moyen des projets en cours d’achèvement est de 70%», a-t-il synthétisé. Si les parties prenantes des différents pivots ont expliqué ces réformes dans le détail, le rapport provisoire de ces deux ans et demi de réformes et investissements sera disponible dès la semaine prochaine pour permettre à chacun de se faire une idée des différentes réalisations. Le PAT est censé tenir sur la période 2021-2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top