Agro-industrie : Une évolution négative à fin mars 2023

Malgré les pénuries de sucre enregistrées ces derniers mois, entre le dernier trimestre 2022 et le premier trimestre 2023, l’indice de transformation de sucre a gagné 12,4%. C’est ce que fait savoir la dernière Note de conjoncture sectorielle du ministère de l’Économie et de la Relance. Ce document livre en effet des données relatives à l’activité des agro-industries, présentant une évolution négative du secteur, malgré cette embellie de la transformation sucrière. 

Pour les boissons gazeuses et alcoolisées, l’activité s’est appréciée de 7,5% au premier trimestre 2023. © D.R.

 

L’eau minérale, les boissons gazeuses et alcoolisées, le sucre et la farine sont les secteurs concernés par les données présentées, après analyse du premier trimestre 2023, par la dernière Note de conjoncture sectorielle du ministère de l’Économie et de la Relance. Pour cette période à l’étude, l’activité de l’agro-industrie présente une évolution négative du secteur. L’indice composite s’est replié de 5% par rapport au dernier trimestre 2022. L’activité dans ce secteur ayant été plombée par la farine et l’huile brute.

Concernant la production d’eau minérale, on observe une consolidation de son activité de 20,6% au premier trimestre 2023, en glissement trimestriel, portée par le relèvement significatif de la production de Société des brasseries du Gabon (Sobraga), malgré la détérioration de l’activité de la Société des boissons de Léconie (Soboléco), en raison des difficultés d’évacuation de la production vers les principaux centres de commercialisation.

Pour les boissons gazeuses et alcoolisées, l’activité s’est appréciée de 7,5% au premier trimestre 2023 par rapport au trimestre précédent. Cela s’explique par les bonnes performances de la production des bières et des boissons gazeuses. Malgré le non-renouvellement de la licence avec Coca Cola Company, Sobraga enregistre une montée en puissance de ses gammes grâce à une demande en progression.

S’agissant du sucre dont l’absence, ces derniers mois sur les étals, a été affligeante pour les consommateurs, la Note indique qu’entre le dernier trimestre 2022 et le premier trimestre 2023, l’indice de transformation a gagné 12,4%. «Cette reprise a été soutenue par le relèvement du niveau des importations des sacs de 50 kg (pour faire face à une mauvaise campagne sucrière), mais également par une demande importante», souligne le document.

Quant à la production d’huile rouge, elle a baissé de 6,9% à l’issue du premier trimestre 2023. Ce reflux de l’activité est consécutif au fort ralentissement observé suite à la maintenance de l’outil de production au niveau de l’usine de Lambaréné notamment.

La production de farine a baissé de 10,3% en glissement trimestriel. Elle souffre du renchérissement du coût du blé dans un contexte de persistance de tensions inflationnistes et l’enlisement du conflit en Ukraine. Cette évolution s’explique également par les dysfonctionnements dans la chaîne d’approvisionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top