USA : Les activistes gabonais offrent un accueil orageux à Rose Ossouka Raponda

La « Ntcham » était violente. Les activistes de la diaspora gabonaise aux Etats-Unis ont réservé un accueil plutôt douloureux à la vice-présidente de la République qui y effectue une tournée depuis la semaine dernière. Elle doit rencontrer les compatriotes vivant dans ce pays pour expliquer les nouvelles dispositions électorales et faire la promotion du candidat de son parti.

Accompagnée par le Haut Commissaire  Michel Essongue et par l’Ambassadeur du Gabon, elle avait juste commencé sa première réunion qu’un groupe d’activistes fait irruption dans la salle. Echange de mots peu courtois difficiles à reprendre, quelques cris et des menaces ont précédé la prise de parole de quelqu’un qui est supposé être Landry Amiang Washington. « J’ai passé 4 ans de prison au Gabon, pris à l’aéroport à mon arrivée et jamais jugé. On m’a libéré sans procès et je ne suis toujours pas Condamné », a-t-il souligné.

Et de dénoncer les fausses promesses faites dans le passé aux membres de la diaspora qui se sont parfois révélés être des pièges pour mieux les neutraliser. La vidéo de cet échange d’un autre monde passe en boucle sur le net. Il est à craindre qu’elle ne préfigure l’ambiance à laquelle nous allons assister tout le long des prochaines campagnes électorales.

Elzo Mvoula

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top