L’institut d’appui au développement a tenu jeudi un conseil d’administration autour de son président intérimaire, Gervais Owanga BIYE.

Les membres  du conseil  d’administration de l’IGad

 

L’institut gabonais d’appui au développement agricole a tenu jeudi 5 octobre dernier, son Conseil d’administration extraordinaire autour de son président intérimaire, le Dr Gervais Owanga BIYE.

La réunion entre administrateurs a consacré le règlement de la situation des effectifs pléthoriques, due à la mauvaise gestion de la masse humaine. Celle-ci a arrêté avec la volonté des autorités gabonaises de donner la gestion de la direction générale de l’Instituer à un compatriote. C’est ainsi, 25 ans après la gestion d’Agrisud, Sébastien Koumba succède à Pascal Pommarel. Le Conseil a aussi noté avec satisfaction, l’amélioration de la production nationale des cultures maraichères, qui,  sont passées de 5% à 100% pour certaines cultures.

 

Dr Owanga Pc par intérim de l’IGad

 

Pour le premier point susmentionné, le Conseil a décidé de réduire la masse salariale, devenue trop importante et faire recours aux prestataires : «  Nous avons essayé de regarder les différents éléments qui posaient problèmes dans la gestion humaine. Ce qui nous a amené à redimensionner  la structure pour que celle-ci puisse coller aux moyens mis à sa disposition  et c’est à partir de cet instant que la maison va poursuivre ses activités sans difficultés. La structure  était devenu importante que prévu. Le personnelle qui était quittait  à la fin du premier PRODIAG a basculé dans le deuxième projet.  Les effectifs étant importants  c’est pourquoi l’IGAD s’est retrouvé  en difficulté. Ceci nous amené à décider de nous séparer de ce personnel. Ces derniers seront utilisés comme prestataires pour le compte du PRODIAG2 », a annoncé Gervais Owonga BIYE, président du Conseil d’administration par intérim.

 

 

M Koumba le nouveau DG de l’IGad

Concernant le deuxième point, le conseil a décidé de la nomination d’un directeur général gabonais en la personne de Sébastien Koumba, employé de la boite et bien imprégné de la maison IGAD.

 

Pour rappel, l’IGAD est un véhicule du ministère de l’agriculture qui  appui la mise en œuvre de sa politique agricole. Elle capte un certain nombre de moyens financiers de la part de Total Gabon pour existence de base,  qu’elle peut développer sur place. Et, permet de  capter des financements plus opérationnels auprès de l’AFD dans le cadre du PRODIAG, qui est un projet d’environs 20 millions d’euros (13 milliards de FCFA), dont16 millions d’euros viennent de l’AFD et 4 millions d’euros est la contribution de l’Etat gabonais.

 

 

Pascal Pommarel, ancien DG de l’IGad

 

« L’IGAD met en œuvre ces financements. Dans tous les cas depuis 25 ans, l’IGAD a contribué à faire passer la production des cultures maraichères nationale de 5% à 60% voire 100% pour certaines cultures. Il n ya plus d’importation des légumes feuilles. les investissement depuis ces 20 ans ont été à hauteur de 20 milliards de FFCA sachant que dans le même laps de temps l’investissement a générer un peu plus de  en produit des investissements réalisé. C’est un investissement qui a été productif de 20 milliards, il y a un ensemble de choses qui ont été faites en terme de renforcement de capacités par rapport aux investissements productifs, on est à moins de 10 milliards. Ces 10 milliards génère chaque année plus de 2 milliards de produits actuellement avec le PRODIAG ont est autour de 3 milliards de revenus. Il rapport de l’argent. Vous savez que ce conseil a désigné mon successeur qui était dirigé par AGRISUD nous passons la main », a indiqué Pascal Pommarel, directeur général sortant.

 

AGRISUD, qui est une organisation non gouvernementale qui lutte contre la pauvreté à travers le monde.

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *