Bien malin celui qui nous communiquera le nom d’un seul chef d’établissement scolaire secondaire au Gabon issu du département de l’éducation artistique. 

Plus que quelques semaines nous séparent de la rentrée des classes qui sera précédée de la rentrée administrative le 18 septembre 2017. Si au ministère de l’Education Nationale, Nadine Patricia Anguilé épouse Obame et ses collaborateurs s’activent déjà pour régler le problème des affectations des enseignants et les nominations des chefs d’établissement, en revanche du côté des spécialistes des enseignements des disciplines artistiques (arts plastiques, art dramatique, éducation musicale et économie familiale et sociale), il y règne une certaine forme de frustration du fait de la non prise en compte de cette catégorie des personnels dans le choix des responsables d’établissements scolaires de notre pays. En effet, comment comprendre qu’ayant été dans les mêmes écoles de formation, principalement l’Ecole Normale Supérieure de Libreville que les enseignants de mathématiques, histoire-géographie, français, anglais, espagnol, sciences physiques, sciences de la vie et de la terre (svt), etc. qu’aucun professeur d’art n’ait été nommé à la tête d’un établissement. En dehors de quelques censeurs chargés de la vie scolaire qu’on compte sur les bouts des doigts, d’autres sont déployés comme simples membres dans les secrétariats des examens.
Le même problème se pose avec acuité à l’Institut Pédagogique National (IPN). Là-bas on peut constater le manque de professeurs associés pour animer le département d’éducation artistique – on en dénombre un seul inspecteur et trois conseillers pédagogiques pour l’ensemble du pays contrairement aux autres disciplines – ce qui est très insignifiant pour booster ce département promis à un bel avenir au moment où la révision des programmes, l’élaboration des cahiers de situations adaptées à la nouvelle approche pédagogique, l’Approche par les compétences (APC), est plus que nécessaire.
Nadine Patricia Anguilé qui a pris les commandes du bateau éducation il y a quelques jours, aura la lourde mission de le conduire vers l’émergence d’un système éducatif performant. Mettre tout son savoir pour la bonne marche de notre système éducatif et pour une rentrée scolaire sans anicroche. Tels pourraient être les principaux objectifs visés par cette dame dont on dit d’elle qu’elle est battante et pragmatique. Le maçon est attendu au pied du mur. Ce mur très sensible qu’ont tenté d’ériger Séraphin Moundounga, Ida Reteno Assonoué, Florentin Moussavou et consorts. Mais pour quels résultats ?

Par Jean François DÉFOUNDÉ

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *